Quelle place pour les femmes dans les médias audiovisuels ? La Belgique et la Tunisie collaborent pour des médias égalitaires.

25 novembre 2016 Thèmes : brève

 

Dans le cadre d’un projet de coopération internationale entre la Tunisie et la Fédération Wallonie-Bruxelles soutenu par Wallonie-Bruxelles International, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) réalise en partenariat avec la Haute Autorité Indépendante de la Communication audiovisuelle (HAICA) une recherche relative à la place et à la représentation des femmes dans les médias audiovisuels belges et tunisiens.

 

À cette occasion, quatre représentant.e.s de l’HAICA se sont rendu.e.s en Belgique pour finaliser la méthodologie de cette recherche avec le CSA et échanger avec les acteurs belges de l’égalité et de la diversité. Trois jours de rencontres efficaces, mais aussi de passionnantes discussions, qui nous ont convaincu de partager avec vous quelques fragments de leurs réalités,  idées, ambitions, convictions et projets pour l’avenir des médias tunisiens. Créée en 2013 dans le contexte post-printemps arabe, l’HAICA n’a pas perdu de temps pour se mettre en route. Ils produisent des recommandations, notamment sur le traitement médiatique des attentats. Ils monitorent des centaines d’heures de débats politiques pour veiller au respect des règles d’équité. Ils luttent contre les discours de haine et diverses formes de discriminations. La présence des femmes à l’écran est intégrée dans le cahier des charges faisant obligation pour les médias tunisiens. L’HAICA est-elle pour autant bien acceptée par les médias ? Patience, nous répondront nos invités. Mais ce n’est pas la détermination qui manque… À vous de lire ces lignes… 

 

« Il est fondamental de fixer des limites à la liberté d’expression pour respecter d’autres droits, comme celui des femmes. », Nouri Lajmi

 

Nouri Lajmi est le Président de l’HAICA. Il nous retrace le parcours de l’institution depuis 2013 et témoigne de l’importance de cette dernière pour le paysage médiatique et la société civile.

 

Dans une période de liberté insufflée par le printemps arabe et de chaos médiatique, comment votre instance de régulation a-t-elle pu se mettre en place ?

 

C’était, comme vous pouvez l’imaginer, le parcours du combattant pour mettre en place cette instance. En 2011, le décret-loi 116 du 2 novembre 2011 imposait l’existence de la HAICA. Vous devez savoir qu’à ce moment, l’indépendance de cette instance était perçue comme étant primordiale, non seulement par la coalition politique, qui demandait la garantie de neutralité des futur.e.s membres de la HAICA, mais aussi par la société civile, qui a fait pression sur le Gouvernement pour faire avancer les choses. Il n’était pas question de créer un organisme guidé par d’autres intérêts que ceux du cahier des charges que nous allions bientôt nous fixer. Les candidatures se sont enchaînées, mais deux années ont été nécessaires pour trouver les membres de notre instance et répondre aux attentes de neutralité. Le 3 mai 2013, journée internationale de la liberté d’expression, la HAICA est née.  Je suis aujourd’hui très fier du travail accompli, même si je ne veux pas tomber dans l’autosatisfaction.

 

Comment la HAICA a été reçue par les médias ?

 

Cette instance a été créée dans un contexte où le paysage audiovisuel était anarchique. Beaucoup de médias diffusaient totalement hors la loi. Nous arrivions dans la foulée du souffle de liberté engendré par la révolution. C’était presque perçu comme légitime de retrouver cette liberté, de briser les tabous et donc de mettre en place des radios et télévisions libres sans devoir rendre des comptes. La mission de la HAICA a été alors de fixer les cadres légaux pour tous les médias afin de garantir la liberté d’expression mais aussi d’éviter les dérapages. Ce travail de fond a été énorme. La mise en place des cahiers des charges était contestée par les médias. Nous avons donc dû sensibiliser le secteur avec des ateliers, des brochures… et lui faire comprendre qu’il est fondamental de fixer des limites à la liberté d’expression pour respecter d’autres droits, comme celui des femmes, des enfants, de la liberté de culte et de toutes les autres minorités. Après la révolution, de nombreux médias ont perçu la liberté d’expression comme étant un instrument sans limites, au point de diffuser toutes sortes de discours discriminatoires et haineux. Sartre disait qu’être libre, c’est aussi être responsable. Je dirais que notre travail consiste à rappeler ce principe au quotidien. 

 

Ce principe de responsabilité des médias a connu quelques revers, notamment en Belgique, lors des attentats. Qu’en est-il en Tunisie ?

 

En mars 2014, nous avons subis un attentat terroriste sans précédent. C’était la première fois que le cœur de la capitale était touché, c’était au musée Bardo à Tunis. Nous avons réalisé à quel point la couverture médiatique avait un impact sur le public. Nous avons alors décidé de travailler avec les médias pour établir une liste de recommandations. Parmi elles, celle de ne plus mettre des citoyen.ne.s en danger lors d’une couverture médiatique, ou encore ne plus diffuser d’interviews de victimes sous le choc… Aujourd’hui, nous remarquons que, suite à cette collaboration, la couverture médiatique des évènements de crise s’est améliorée. Ce projet a permis aussi de faire comprendre aux médias que nous pouvions aussi être partenaire et travailler ensemble.  

 

La HAICA et le CSA publieront bientôt une étude sur la représentation des femmes dans les médias audiovisuels. Comment décrire en quelques lignes ce sujet en Tunisie ?

 

En Tunisie, le genre et la représentation des femmes dans les médias est un sujet primordial et moteur de changement. De manière globale, nous avons remarqué que la présence des femmes dans les médias reste très faible, voire nulle sur certaines chaînes. La couverture médiatique des femmes politiques est de l’ordre de 10%, en moyenne. Pourtant, les femmes représentent plus d’un tiers du Parlement tunisien. Dans le monde associatif, elles sont également très présentes. Là où nous percevons une évolution réelle au sein du monde politique, les médias ne suivent pas, alors que cette visibilité médiatique est primordiale pour légitimer le rôle des femmes dans la société.

En ce qui concerne la présence de femmes « expertes » dans les médias, on atteint à peine les 1%. Par contre, pour certains thèmes, comme la cuisine, l’éducation, là elles se trouvent bien représentées, mais même pour ces thèmes, elles restent moins visibles que les hommes. Pour répondre à cette situation, nous avons l’idée d’écrire un guide pour valoriser les femmes expertes tunisiennes.

Cette étude que nous réalisons avec le CSA nous permettra, pour la première fois en Tunisie, d’apporter un éclairage basé sur une étude pour faire état de cette réalité.

 

« Quand les femmes sont à l’écran, c’est pour défendre les droits des femmes » Ghariani Mouna 

 

Ghariani Mouna : Ancienne juge du Tribunal administratif de Tunis, elle est devenue membre du Conseil de la HAICA, l’organe décisionnel. Pour Ghariani Mouna, l’instance délivre un puissant message à la société civile et lui fait écho dans ses décisions. 

 

Lorsque la HAICA a été mise en place, comment êtes-vous arrivée à bord ?

À l’origine je travaillais au tribunal administratif de Tunis. Toujours dans une dynamique d’indépendance de l’instance, le décret rendait obligatoire la présence de deux juges à la HAICA. L’association des magistrats qui est la plus représentative en Tunisie a proposé ma candidature et je suis désormais membre du Conseil. C’est un rôle que j’estime important car nous veillons au respect des procédures, au respect du droit de défense des chaines avant d’envisager des sanctions. Mais nous proposons aussi des projets de loi en collaboration avec tous les acteurs, y compris la société civile.

 

Quels sont les enjeux primordiaux de la régulation du paysage médiatique tunisien ?

 

Selon mes convictions, le média idéal est celui qui représente les différentes catégories de la société, de toutes les régions, de toutes les catégories sociales, de tous les genres. Ce média respecte aussi les grands principes de la dignité humaine, le respect de l’image des femmes et interdit les discours de haine et toute forme de discrimination. Ce média donne la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas, même lorsqu’ils.elles ne le demandent pas. En Tunisie, comme partout ailleurs dans le monde, il y a encore beaucoup de chemin à faire. Parvenir à atteindre cet objectif est pour moi l’enjeu essentiel de la régulation.

 

La représentation des femmes à l’écran en fait partie…

 

C’est un enjeu essentiel. Nous avons toutes les cartes en main pour lutter contre le problème de la représentation des femmes dans les médias. En Tunisie, la visibilité des femmes à l’écran est minime. Les arguments défendus par les éditeurs ne tiennent pas la route. On les entend dire qu’ils ne trouvent pas de femmes expertes, alors qu’elles sont très présentes, notamment en politique. On les entend dire que selon eux, les femmes ne se déplacent pas le soir pour participer aux émissions. Les réponses toutes faites vont bon train et la situation pour les femmes dans les médias reste simplement inacceptable. Les médias cherchent aussi la facilité. Ils trouvent des experts hommes qui sont invités sur les plateaux de plusieurs médias et qui sont capables de délivrer un avis sur tout, même sur des sujets qu’ils ne maitrisent pas. Au-delà de la question de la visibilité des femmes, celle des critères de qualité se pose, car ces hommes qui savent tout sur tout, finalement empêchent de véritables expert.e.s d’être présent.e.s à leur place.

 

Certaines femmes parviennent-elles à percer dans le monde des médias ?

 

Sur les doigts de la main, on peut compter quelques exemples de femmes expertes qui occupent la scène médiatique. La présidente de l’association des magistrats est une femme et elle bénéficie d’une forte présence dans les médias. On retrouve également de nombreuses femmes dans le monde associatif tunisien, mais surtout pour défendre les droits des femmes. De manière générale, quand les femmes sont à l’écran, c’est pour défendre les droits des femmes. À l’inverse de ces experts polyvalents, on ne leur demande pas de s’exprimer sur d’autres sujets que ceux qui concernent leur genre. Selon moi, le rôle du régulateur est aussi de faire prendre conscience de cette réalité aux médias pour enclencher un processus de changement qui inclut davantage les femmes, mais aussi tous les autres groupes minorisés et les minorités.

 

Avez-vous un exemple de mesures prises par l’HAICA pour dénoncer l’image des femmes dans les médias ou d’autres communautés/groupes minorisés.

 

Très récemment, nous avons pris une décision qui marque une grande victoire dans le sens du respect des minorités, et plus particulièrement des femmes. En Tunisie, on retrouve de nombreux programmes de télé-réalité qui abordent des sujets sensibles, souvent au détriment de certaines personnes ou de certains groupes. Le programme « HIWAR TOUNSI » (J’ai quelque chose à vous dire), a récemment présenté une jeune fille mineure qui est tombée enceinte suite à un viol. Au lieu de faire preuve d’empathie envers la victime, l’animateur a rapidement désigné cette dernière comme étant responsable de cet acte. Nous avons décidé de suspendre le programme pendant 3 mois. Depuis la création de la HAICA, c’est la sanction la plus lourde que nous ayons prise. C’était une grande victoire, un puissant message et une première en Tunisie. La société a largement salué cette décision.

Cet exemple montre à quel point les citoyen.ne.s expriment un désir de changement. Cette décision a permis de présenter le rôle de la régulation comme étant un véritable écho pour la société et ses minorités. 

 

« Il y a plus de femmes au Parlement tunisien qu’au Parlement français, mais où sont-elles dans les médias ? » Samira Hammami

 

Samira Hammami, responsable de l’unité monitoring à la HAICA, nous présente les profils à l’origine des discours de haine dans les médias. 

 

En tant que responsable du service monitoring de l’HAICA, vous êtes aussi à la base des observations de l’instance.  

Le monitoring, c’est la cheville ouvrière de la HAICA. Il a clairement représenté le premier objectif à mettre en place. Après le printemps arabe, on a vu émerger, notamment de nouvelles radios, qui profitaient d’un climat anarchique post révolution pour émettre sans autorisation. Malheureusement, ce climat n’a pas toujours engendré des discours de paix. C’était donc une situation très problématique. Lorsqu’on crée un service de monitoring, l’enjeu est très important car les bases sur lesquelles ce service d’analyse va se fonder représentent  le tableau de bord du paysage médiatique audiovisuel en Tunisie. Notre premier travail était de constater toutes les infractions commises et nous les avons ensuite cataloguées. Chaque jour, nous recensions trois à quatre violations. Au départ, notre travail a suscité la stupéfaction des éditeurs. Ils ne s’attendaient pas à ce que l’on mette en place un véritable contrôle. Nous entendions même parfois dans nos médias les présentateurs dire sur le ton de l’ironie « attention, nous sommes écoutés, soyons prudents ». 

 

Comment décrire les infractions commises dans le paysage audiovisuel tunisien ?

 

Malheureusement, nous observons de nombreux discours d’incitation à la haine, surtout par des prédicateurs, des politiques et des journalistes eux-mêmes. Cette réalité est un grave problème pour la Tunisie, surtout lorsqu’on mesure l’impact de certains médias sur la société. Pour être plus précise, 30% des discours de haine sont proférés par des journalistes. Arrivent ensuite les hommes politiques et, en troisième position, les prédicateurs. Lorsque nous constatons une infraction, nous rédigeons un constat et nous précisons l’attitude du journaliste responsable du programme au moment où ces infractions ont été commises sur base de trois catégories : est-il complice, l’auteur, ou spectateur des propos tenus ? L’attitude du journaliste est un élément très important, car nous ne régulons pas la société, mais bien les médias, les éditeurs responsables. Lorsque le journaliste est lui-même l’auteur, c’est encore plus grave et ce niveau de gravité augmente lorsque l’émission est diffusée en différé.

Malheureusement, aujourd’hui encore, les médias interprètent le principe de responsabilité. Pour bon nombre d’éditeurs, ils ne se considèrent pas comme étant responsables des propos tenus par quelqu’un d’autre durant leur programme.  

 

Qui est directement touché par les discours de haine et les discriminations ?

 

De nombreux groupes sont concernés. On retrouve, par exemple, de nombreux discours discriminatoires contre les régions stigmatisées en Tunisie, des discours racistes, surtout lors d’événements sportif comme du football. Récemment, nous avons encore observé des discours d’incitation à la haine contre des hommes politiques et des minorités, comme les homosexuels. On observe aussi des discours qui portent atteinte à la protection de l’enfance. Les femmes sont enfin largement concernées et les stéréotypes qu’on leur attribue sont très ancrés dans les médias tunisiens.  

 

Quels sont vos objectifs concernant l’étude sur la représentation des femmes dans les médias que vous menez avec le CSA belge ?

 

Pour moi, cette étude est très importante car elle devrait apporter un éclairage sur les inégalités entre les femmes et les hommes, mais pas seulement. Ce problème de représentation des femmes n’est pas seulement véhiculé par des personnes avec un faible niveau d’éducation. Il concerne aussi certaines élites qui entretiennent des réflexes discriminants. Avec des faits, on ne peut plus se cacher derrière des explications qui ne tiennent pas. Ce sont aussi ces élites qu’il faut sensibiliser. En termes de production de contenu audiovisuel, cette étude pourra enfin jouer son rôle.  Dans de nombreuses fictions audiovisuelles, on retrouve les insultes habituelles auxquelles les femmes sont exposées dans la vie de tous les jours. Le fait de dénoncer cette réalité, c’est aussi un premier pas vers la sensibilisation de ceux qui réalisent ces fictions. Ces derniers entretiennent des images stéréotypées des femmes dans leur rôle traditionnel de femmes au foyer.

 

Est-ce que les médias sont en décalage avec la réalité de la société tunisienne ?

 

C’est de loin le premier constat à mettre en avant. Les femmes font partie intégrante de la vie sociale, politique et juridique tunisienne et elles continuent d’être présentées selon une vision archaïque dans les médias. Le fossé est énorme. Pour vous donner un exemple frappant,  il y a plus de femmes au Parlement tunisien qu’au Parlement français. Mais où sont-elles dans les médias ? Et surtout, comment sont-elles présentées ? Les médias n’ont pas suivi la courbe d’évolution des mentalités tunisiennes. En tant que régulateur, nous avons très certainement un rôle à jouer pour changer cette réalité.

 

« La présence des femmes à l’écran est obligatoire pour les médias tunisiens », Radhia Saïdi

 

Radhia Saïdi,  membre du Conseil de la Haica. Ex-journaliste réputée en Tunisie, Radhia est membre du Conseil de la HAICA. Elle croit avant tout à la collaboration avec les médias et la participation de la société civile.

 

Est-ce que c’est à la HAICA de donner l’exemple pour que les médias évoluent et soient plus inclusifs ?

 

J’en suis parfaitement convaincue et c’est d’ailleurs ce que nous faisons déjà en interne. Notre Conseil symbolise déjà pour l’extérieur l’image d’une instance plurielle et inclusive. Nous sommes trois femmes (précédemment quatre) et quatre hommes à être membre du Conseil décisionnel de la HAICA. En ce qui me concerne, je suis journaliste, mais nous avons des profils très différents qui siègent au Conseil. C’est aussi cette diversité qui nous permet d’être cohérents lorsque nous prenons des décisions et que nous diffusons des messages à l’extérieur.

 

Pour vous, la collaboration est la clé de la réussite…

 

Nous avons de très nombreuses missions et elles ne peuvent être menées si les médias et la société ne collaborent pas. L’approche participative est pour moi fondamentale. Nous essayons d’associer tout le monde, les journalistes, les opérateurs, la société civile. Par exemple nous avons récemment organisé un séminaire sur le genre pour proposer les bonnes pratiques en termes d’égalité de genre entre les femmes et les hommes. La clé pour moi, c’est le monitoring qui constate les infractions, la  sensibilisation et enfin la formation. Nous publions souvent des recommandations, sur le traitement des actualités de crise notamment, et nous préparons actuellement une recommandation sur le genre et le respect de l’égalité entre les femmes et les hommes. Pour cette dernière, nous insistons pour que les journalistes eux-mêmes participent à la rédaction. Si les acteurs ne sont pas impliqués dans ce projet, ils risquent de ne pas se sentir concernés.

 

Il y a les recommandations, mais aussi le cahier des charges qui fait force d’obligation pour les médias tunisiens. Quelle est la place des femmes dans ce cahier des charges ?

 

En ce qui concerne la place des femmes dans les médias, nous pouvons, à mon sens, nous réjouir du cadre légal que nous avons défini dans le cahier des charges. Non seulement, les droits des minorités sont protégés dans ce cadre légal, mais nous avons aussi inclus des articles qui intègrent l’abolition des stéréotypes entachant l’image des femmes dans médias. Du point de vue de la visibilité des femmes à l’écran, nous avons également intégré l’obligation d’équilibrer la présence des femmes sur les plateaux de débats politiques en particulier, mais aussi pour toutes les émissions de débat en général. En Tunisie, la présence des femmes dans les médias est donc rendue obligatoire. Je dirais qu’il ne s’agit pas seulement d’appliquer ce cadre, mais qu’il faudra du temps, de la patiente et de la détermination.

 

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel

 

Découvrir la HAICA

 

 

  

 

Suivez l'actualité du CSA et du secteur audiovisuel. Abonnez-vous à notre newsletter. 

 

* obligatoire
Adresse Email *
Prénom
Nom



Pour plus d'information

Contactez , +32 (0)2 289 04 50

Dernière mise à jour le 01 décembre 2016