Entretien avec Yasmina Ghanim, auteure de l'étude Tabac et fictions

20 juin 2017

 

 

Yasmina Ghanim est chargée de recherche sur différents projets du CSA concernant la protection du consommateur et la diversité.

Elle est titulaire d’un Master en relations publiques de l’UCL et a finalisé un mémoire sur "l'image de l'Islam dans les médias francophones belges", ainsi que plusieurs travaux de recherche sur des sujets liés aux inégalités et à la diversité.

 

Cette première étude Tabac et fictions a nécessité un travail colossal !

 

Ce travail, comme tout travail de recherche s’est apparenté à un travail de fourmi. Le terrain à passer en revue bien qu’il fût clairement délimité était vaste. De nouvelles questions sont apparues en chemin. La grille d’analyse s’est complexifiée. Autre difficulté, tous les genres de fictions intégrées dans notre recherche n’avaient pas été explorés. La présence du tabac sur grand écran a déjà fait l’objet d’études américaines et européennes. Mais personne ne semblait s’être intéressé aux séries TV. Un vrai challenge !

 

Cette recherche n’est pas un simple visionnage de fictions TV. C’est beaucoup plus complexe ?

 

Les 105 scènes de tabagisme que nous avons répertoriées représentaient un peu plus de 3 heures et demi de visionnage. Ce qui peut sembler peu… Mais il a fallu regarder chaque scène très attentivement à de multiples reprises. À côté de la partie quantitative, les comportements tabagiques ont aussi été passés à la loupe. En plus de cerner le message que le producteur a voulu faire passer dans l’histoire, il faut comprendre comment le téléspectateur perçoit les choses. On fait la somme des indices qui font qu’à un moment on se dit que la présence tabagique n’est peut-être plus le fruit du hasard.

 

Quels résultats avez-vous tiré de ce travail ?

 

Sur 148 programmes de fiction, 32 comportent un produit du tabac et/ou un comportement tabagique, soit 21,62%. On dénombre en outre 105 scènes de tabagisme, 130 produits du tabac dont près de 2/3 de cigarettes, 101 personnages vus en train de consommer un produit du tabac ou liés à un produit du tabac et un total de 39 minutes de visibilité de ces produits. Les résultats indiquent également que les produits du tabac se concentrent stratégiquement sur les personnages qui sont les plus en vue. En effet, à l’intérieur des 32 fictions qui comportent un produit du tabac et/ou un comportement tabagique, 22 personnages principaux sur 120 présentent un comportement tabagique, soit 18,33%.

 

Peut-on dresser le portrait-type du fumeur dans les séries ?

 

On peut effectivement parler de « fumeur », les hommes étant plus présents à l’écran avec 79,21 %. Par rapport à l’ensemble du casting, le fumeur est en majorité représenté dans les rôles principaux (18,33%). Pour les femmes, ne représentant que 20,79% des fumeurs, il est plus difficile de tirer des conclusions concernant leurs caractéristiques types, même si l’on peut dire qu’elles sont en général plus jeunes et dans des rôles plus importants que les hommes. Côté personnalité, le fumeur et la fumeuse sont sûr d’eux, déterminés et quelque peu nerveux. Ces caractéristiques correspondent aux différents types de situations dans lesquelles ils se retrouvent : situations de rapport de pouvoir (34,29%) et associées à une atmosphère négative (57,14%).

 

Cette recherche vous a-t-elle menée à d’autres constats ?

Pour les produits du tabac, on a trouvé près de 2/3 de cigarettes. On a dénombré en revanche assez peu de marques de produits du tabac. De plus, certains paquets affichent une marque fictive. Il faut en déduire que ce n’est plus tant la marque qu’on cherche à montrer à l’écran que le geste tabagique, une atmosphère, un état d’esprit qu’on cherche à valoriser. Le travail d’écriture rend attractif le personnage du fumeur.

 

Et après, que faire avec ces enseignements ?

Cette recherche étant une première, elle mérite donc d’être reconduite. Histoire de réévaluer les résultats sur un autre corpus. On tire des enseignements. Plusieurs pistes sont données dans les conclusions du CSA, on interroge notamment la signalétique relative à la protection des mineurs.

 


Consultez le rapport de l'étude 

Consultez le dossier de presse

Consultez l'éclairage

Consultez la synthèse

Consultez l'interview de Didier Vander Steichel, directeur de la Fondation contre le cancer

Consultez l'interview de Joëlle Desterbecq, Coordinatrice de l'étude, CSA

Entretien avec Yasmina Ghanim, auteure de l'étude Tabac et fictions

Découvrez la vidéo


 

 

  

 

Suivez l'actualité du CSA et du secteur audiovisuel. Abonnez-vous à notre newsletter. 

 

* obligatoire
Adresse Email *
Prénom
Nom



Dernière mise à jour le 20 juin 2017