Attitudes et stratégies des groupes radio en Fédération Wallonie-Bruxelles face aux nouvelles technologies médiatiques (Tony McDowell - Prix de la recherche)

Date de référence : 26 mars 2014

Thèmes : Prix du CSA, 100 ans de la radio, radio

Télécharger ce document

 

Dans ce mémoire réalisé en 2013 dans le cadre du master en information et communication à finalité journalisme de l’ULB, Tony McDowell a pour ambition d’analyser les attitudes et les stratégies récentes des grandes radios publiques et privées en Fédération Wallonie-Bruxelles face aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

La radio FM reste encore aujourd’hui un média très populaire. Elle est profondément ancrée au cœur des stratégies des groupes de médias. Il s’agit du moyen d’écoute majoritairement sollicité par les auditeurs. Or, en même temps, les nouvelles technologies sont des espaces où la convergence du public est sans cesse grandissante.

En Belgique comme ailleurs, les radios mettent en place de nouveaux réseaux à travers les nouvelles technologies et créent de nouveaux contenus et services propres à ce paysage. L’offre est en train de grandir sur la radio numérique, et plus spécifiquement sur la radio IP, par le biais de webradios, de la radio en différé, de contenus visuels, de métadonnées et de services interactifs. La mobilité, qui représente un atout majeur pour la radio, prend appui sur le numérique grâce aux smartphones et aux tablettes numériques. D’autres pratiques font encore l’objet de discussion, comme par exemple l’usage de la publicité personnalisée sur les services IP, à l’essai dans certaines radios étrangères.

Malgré cet élargissement de l’offre radio, aucun groupe radio de la Fédération Wallonie-Bruxelles n’avait jusqu’il y a peu de stratégie concrète et convergente pour assurer son déploiement sur les nouvelles technologies. La vision de chacun des éditeurs s’étendait sur différents champs éparpillés et peu reliés entre eux. Leur priorité à tous était d’abord d’être présents là où se trouvent leurs audiences.

A ce jour, la radio numérique belge francophone manque encore d’une identité propre qui puisse véritablement la distinguer de la radio traditionnelle. Elle ne représente qu’une offre complémentaire de la radio FM. Sur les ondes, la concurrence n’est limitée qu’aux radios qui ont été prises en compte dans le plan de fréquences de 2008. En revanche, sur les nouvelles technologies où la concurrence est bien plus ouverte, les radios de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne représentent qu’une goutte dans l’océan. On n’y trouve pas d’acteurs décisifs. Les radios ne peuvent que s’adapter à ce paysage numérique continuellement en évolution. Par conséquent, si les nouvelles technologies ouvrent la porte à de multiples possibilités d’élargissement de l’offre de la radio, les investissements financiers et la main d’œuvre supplémentaire ne seront déployés qu’à partir du moment où les directions des éditeurs les considèreront justifiées.

L’identité de la radio numérique belge francophone va peut-être prendre une forme plus claire prochainement. La convergence des services et des contenus numériques des radios est de plus en plus intégrée dans les stratégies des éditeurs concernés par cette étude, à savoir ceux de la RTBF, RTL, NRJ, Nostalgie et Twizz. En collaboration avec le consortium britannique RadioPlayer, un nouveau service assez particulier est sur le point d’être lancé : un lecteur commun sur Internet pour le secteur radiophonique francophone, intitulé Ma Radio. Les avantages du numérique pour le média radio pourraient devenir ainsi transparents pour les auditeurs qui auront, à l’instar de la radio FM, accès à un grand nombre de radios via un seul et même lecteur. Tout un secteur sera ainsi rendu plus visible sur l’espace du web, là où aujourd’hui chaque radio utilise un lecteur différent disponible uniquement sur son propre site web. De quoi faire face à la fragmentation de l’offre et de l’audience sur le numérique. Maradio.be sera présenté le 28 mars dans le cadre des 100 ans de la radio en Belgique à Tour et Taxis.
 



Voir aussi ...

Dernière mise à jour le 26 mars 2014